Histoire de Guerlain

d8_10

00228_10

001HISTOIRE DE LA MAISON GUERLAIN

Avertissement:

L’exactitude des faits historiques ci-dessous ne peut être garantie malgré tous les moyens mis en œuvre.

INTRODUCTION

La maison Guerlain, créée il y a plus de 170 ans, est un unique exemple d’une entreprise de parfum qui a su traverser les siècles, les guerres et les modes, en démontrant en permanence sa capacité d’innovation et sa volonté de rester à la pointe de l’art olfactif.

Nous allons voir dans les chapitres qui suivent comment cette maison a été créée, et comment elle a évolué au fil du temps et de ses directions successives, tout en gardant le sens des valeurs d’origines propres à la marque que sont le luxe, le savoir-faire, l’imagination, et la qualité.

I – Pierre-François Pascal GUERLAIN : Le Père Fondateur

C’est neuf ans après la prise de la Bastille, alors que Napoléon Bonaparte prépare la campagne d’Egypte, que naît dans la Somme à Abbeville Pierre François Pascal GUERLAIN, le 19ème jour du mois de germinal de l’an VI du calendrier révolutionnaire (8 avril 1798).

Rien chez ses parents, François GUERLAIN, marchand de poterie d’étain, et Augustine DAIRAINE son épouse, ne le prédestinait à la carrière de parfumeur. Il est probable que le jeune Pierre François Pascal reçoit ses premières influences olfactives des deux épiceries que tiennent ses oncles Théophile et Jacques RIQUIER, non loin du domicile familial.

Après des études au collège d’Abbeville, il part en Angleterre pour y étudier la chimie. En quelques années, il devient médecin-chimiste, et, manifestant un intérêt significatif pour le monde de la beauté et des parfums, il revient en France pour y ouvrir en 1828 sa première boutique de parfums au 42 rue de Rivoli à Paris : Pierre François Pascal vient de fonder ainsi la maison GUERLAIN.

En 1828, année de naissance de Jules Vernes sous le règne de Charles X,  Pierre François Pascal GUERLAIN ouvre son magasin sous la raison sociale de « parfumeur vinaigrier ».

Il installe sa fabrique le long des remparts à Paris, à l’angle de la rue Kléber et de la Place de l’Etoile.

Sa vision :

Il veut tout de suite créer des parfums uniques, inoubliables,  axés sur la qualité et communique déjà à ces collaborateurs, ce qui reste toujours le fil conducteur de la maison GUERLAIN : « Faites de bons produits, et ne cédez jamais sur la qualité. Pour le reste, ayez des idées simples et appliquez-les scrupuleusement ». Ses premières compositions sont Senteurs des Champs et Esprit de fleurs en 1828.

Il profite de son expérience anglaise pour vendre des produits qu’il importe  de Grande Bretagne. Parallèlement au parfum, il développe aussi des lotions de toilette et  des préparations à vocation cosmétique. Ses premiers produits sont : « Fleur d’amande à la Sultane »pour adoucir la peau, Pâte royale », pour embellir la peau, ou encore  « Alcoolat de concombre » pour purifier la peau.

Dès 1830, il essaye de donner une touche unique à chacun de ses parfums. Il crée une eau de toilette personnalisée pour Honoré de Balzac, que l’écrivain lui a commandé avant d’écrire César Birotteau, l’histoire d’un parfumeur parisien.

Sa boutique commence à être connue dans Paris, et c’est tout naturellement à lui que s’adresse un jeune éditeur entreprenant et avant-gardiste : Cartier de Villemessant. Nous sommes en 1839, et celui-ci lance un nouveau journal : « La Sylphide » ou le journal des élégantes, et imagine d’en parfumer la couverture afin d’attirer la clientèle sur le lieu de vente. Ce sera pour Guerlain une publicité extraordinaire !! Les affaires sont de plus en plus florissantes et la même année, la Maison Guerlain s’installe au 15 rue de la Paix qui deviendra vite le carrefour de la mode et du raffinement en s’attirant une clientèle prestigieuse de têtes couronnées. En 1842, il est honoré de plusieurs brevets de fournisseur officiel : celui de la grande duchesse de Bade, de la Duchesse de Würtemberg, ou encore de sa Majesté la Reine des Belges.

En 1850, il crée  Bouquet d’Esterhasy.

Sa renommée atteint les boudoirs de l’Impératrice Eugénie, et c’est à cette dernière qu’en 1853, année de son mariage avec Napoléon III, il dédie sa dernière création : l’Eau de Cologne Impériale. Cette création enchante l’Impératrice et vaut à son créateur le titre de « Parfumeur breveté de sa Majesté ». A cette occasion, il commande à son verrier, Pochet du Courval, l’emblématique flacon aux abeilles dorées. L’abeille était l’emblème de Napoléon 1er, symbolisant la concorde, l’obéissance et le travail.

Pour Napoléon, les abeilles sont censées rappeler les Mérovingiens (des broches les représentant ayant été retrouvées dans des tombeaux de cette époque), et leur disposition sur les armoiries et le manteau impérial doit rappeler les fleurs de lys des capétiens.
La France est une république avec un chef, comme une ruche. Symbole d’immortalité et de résurrection, les abeilles sont choisies afin de rattacher la nouvelle dynastie aux origines de la France. En effet, des abeilles d’or (en réalité des cigales) avaient été découvertes en 1653 à Tournai dans le tombeau de Childéric Ier, fondateur en 457 de la dynastie mérovingienne et père de Clovis. Elles sont considérées comme le plus ancien emblème des souverains de la France. Cet Insecte est représenté montant, les ailes étendues et prêt à prendre son vol. Symbole de la concorde, de l’obéissance et du travail ; l’Abeille est toujours soumise à une reine. On dit que cet insecte est l’emblème des hommes qui travaillent dans leur jeunesse, afin d’acquérir des biens pour l’âge avancé. Il indique aussi la prévoyance.

En 1854, Pierre François Pascal GUERLAIN achète des terrains nus à Colombes et y fait construire son laboratoire et ses ateliers de fabrication.

En 1864, le fondateur de la maison GUERLAIN, Pierre François Pascal GUERLAIN décède.

II – La Maison GUERLAIN – Gabriel et Aimé GUERLAIN

Lorsqu’il meurt Pierre François Pascal GUERLAIN laisse à ses deux fils Gabriel et Aimé une maison extraordinairement réputée, et ils prennent tous les deux la gestion de la maison. A la fin du XIX ème siècle, Nous sommes en pleine air de  changement, et on innove dans tous les domaines :  la musique, la photographie , mais aussi la chimie où de nombreuses découvertes sont faites.

En 1868, Perkin découvre la Coumarine, note isolée de la fève Tonka.

En 1876, Georges de Laire réussit à fabriquer la vanilline, en utilisant un dérivé de sève de conifère.

Enfin, un nouveau solvant, l’éther sulfurique, qui ne bout qu’à 30°C permet de restituer très fidèlement l’odeur de la fleur, jusqu’alors difficile à capturer.

Gabriel s’occupe de la savonnerie alors qu’Aimé, qui a reçu le don de la création, s’illustre avec Fleurs d’Italie en 1884.

En 1889, Paris est en pleine effervescence avec la préparation de l’Exposition Universelle, et l’inauguration de la Tour Eiffel. La Maison GUERLAIN va elle aussi innover en étant une des premières à un créer un parfum « moderne ». Moderne car pour la première fois un parfum va être créé en utilisant conjointement des produits naturels et de synthèse. C’est un bouleversement dans l’histoire du parfum. C’est ainsi qu’en 1889, Aimé Guerlain créé Jicky composé de Vanilline, de Coumarine et de Linalol : le premier parfum moderne

Après Jicky, Aimé Guerlain va créer Excellence en 1890, Belle France en 1892, et Eau du Coq en 1894.

En 1894, l’usine de Colombes est transférée à Bécon-les-Bruyères.

III – La Maison GUERLAIN : Jacques GUERLAIN

Le 17 janvier 1895, Félix Faure est élu Président de la république. Cette même année Dreyfus est envoyé à l’Ile du Diable, Les Frères Lumière et Georges Méliès font leurs premiers films

Jacques GUERLAIN, celui qui est peut-être le plus fameux des « nez » de la famille, créé en 1895 sa première œuvre : « Le Jardin de mon Curé. »

Les années qui suivent sont rythmées par des lancements réguliers à raison de deux ou trois nouveautés par an.

En 1900, il créé « Voilà pourquoi j’aimais Rosine », en 1904 « Mouchoir de Monsieur », futur parfum fétiche de Jean-Claude Brialy et Champs Elysées, et en 1906 « Après l’Ondée ». Jacques Guerlain admire et collectionne les chefs-d’œuvre des impressionnistes. Il aime le silence de son laboratoire dans lequel  personne ne peut pénétrer. Son autre lieu secret est son jardin, où Jean-Paul Guerlain conserve un souvenir extraordinaire : « je n’oublierai jamais, je crois, le parfum des pivoines ou des lys du jardin de mon grand-père….. »

En 1912, il prend la succession d’Aimé Guerlain, et créé « l’Heure Bleue » dont le flacon est imaginé par Raymond Guerlain.

En 1914, la Maison Guerlain déménage au n°68 de l’Avenue des Champs-Elysées, la guerre éclate, et par la force des choses, on se soucie peu de l’esthétique et de tout ce qui à trait au le luxe. Les femmes deviennent chefs de famille. De haut en bas de la pyramide sociale, ont doit être actif et mobile. Les femmes commencent  à desserrer le corset puis vont l’abandonner. Pendant la guerre, elles vont acquérir une autonomie à laquelle elles ne compte pas renoncer. La guerre terminée, elles veulent l’oublier et se plongent dans un tourbillon de musiques, de danses, de divertissements : les années folles sont là.

Jacques Guerlain suit cette tendance et crée dès la fin de la guerre Mitsouko en 1919,  en 1920 Eau de Fleur de Cédrat et en 1922 Guerlinade

En 1925, la robe se raccourcit et arrive aux genoux. L’industrie cosmétique est de plus en plus puissante, toutes les femmes ont maintenant accès à la beauté. L’une des grandes nouveautés est le petit tube de rouge à lèvres. La maison Guerlain n’est pas en reste avec sont petit rouge « Ne m’oubliez pas ».

Mais pour Guerlain, l’année 1925 est surtout marquée par la création du parfum qui reste le fleuron de la maison : Shalimar. L’exposition Internationale des Arts décoratifs réservera un triomphe à son flacon.

En 1929 Liu est créé. A partir de 1930, l’aviation acquière sa maturité : en France plusieurs compagnies fusionnent pour devenir Air France en 1933. Cherchant toujours à suivre l’actualité,  Jacques GUERLAIN crée Vol de Nuit pour rendre un  double hommage à l’aviateur Saint-Exupéry et à la création d’Air France .

Les créations se succèdent avec Gardénia, Violette, Coque d’Or … En 1935, Guerlain s’installe Place Vendôme et en 1938, la maison GUERLAIN, ouvre son premier salon de beauté qui sera à l’époque le plus grand institut de beauté du monde dont le  décor est signé entre autre Christian Bérard et Jean-Michel Frank.

En 1943, l’usine de Bécon-les-Bruyères est détruite par les bombardements et c’est en 1947 qu’une nouvelle usine est construite à Courbevoie

En 1955, Jacques GUERLAIN créé sa dernière œuvre : Ode avec son petit-fils Jean-Paul Guerlain qui avait à l’époque 18 ans.

En 1957, la maison Guerlain ouvre sa troisième boutique rue de Passy.

Jacques GUERLAIN décèdera en 1963, mais pas avant d’avoir formé sa descendance à prendre la succession de la maison.

IV – La Maison GUERLAIN : Jean-Paul  GUERLAIN

Jean Paul GUERLAIN,  fils de Nelly et Jean-Jacques GUERLAIN né le 9 janvier 1937 avait une grande complicité avec son grand-père Jacques GUERLAIN et partageait une même passion pour l’équitation. Jacques GUERLAIN va être le maître de Jean Paul GUERLAIN.

Jean Paul GUERLAIN nait  dans un appartement à Paris, au n°1 avenue Maréchal MANOURY,  et le seul souvenir qu’il en garde est un souvenir olfactif : le souvenir du parfum de la tarte aux fraises que sa mère lui avait confectionné pour ses quatre ans. Vers l’âge de 15 ans, il part en vacances en Angleterre où il appréciera tout particulièrement l’équitation, sport très cher à Jean Paul GUERLAIN et à qui l’on doit certainement une des fragrances du parfumeur : Habit Rouge.

Suite à de gros problèmes de vue, Jean Paul GUERLAIN arrête ses études après le baccalauréat, étant dans l’impossibilité de se déplacer seul.
Son grand-père Jacques GUERLAIN  propose alors de l’héberger et c’est ainsi que va commencer la grande complicité entre les deux hommes, partageant la même passion  pour les animaux, les objets d’art et la nature.

A la même époque, son frère aîné Patrick poursuivait vaillamment ses études de chimie, le prédestinant en temps qu’ainé de la famille, à prendre la succession de Jacques GUERLAIN.

C’est ainsi que la vie de Jean Paul GUERLAIN va prendre un grand tournant auprès de Jacques GUERLAIN en se rendant tous les matins en compagnie de son grand-père à l’usine de Courbevoie.

Nous sommes en 1955, Jacques GUERLAIN a 80 ans et il continue à la création de parfum et c’est à cette époque qu’il annonce sa devise à son petite fils : « Souviens toi d’une chose, on crée toujours des parfums pour la femme avec laquelle on vit et que l’on aime ».

C’est dans une petite pièce, au dessus du bureau de Jacques GUERLAIN que Jean-Paul GUERLAIN va faire ses premières armes avec les senteurs et reconnaître déjà une bonne centaine de matières premières naturelles et de synthèse.

Puis, il se passa quelque chose d’absolument extraordinaire pour Jean Paul GUERLAIN l’hiver 1955, suite à une erreur de l’un des préparateurs de la maison Guerlain, cette dernière fut en manque d’essence de jonquilles. Jacques GUERLAIN lança alors un défit à son petit fils : « Mon petit, toi qui veut être parfumeur, essaie donc de reconstituer une jonquille !! ».

Une chance inouïe s’offrait alors à Jean-Paul GUERLAIN. Celui-ci après plusieurs mélanges de produits de synthèse et naturels présenta sa jonquille à Jacques GUERLAIN : Jean-Paul GUERLAIN avait fait ses preuves et il était digne d’être parfumeur !! Jacques Guerlain décrocha alors son téléphone pour parler à son père Jean-Jacques GUERLAIN et lui annonça : « j’ai l’honneur de t’annoncer que ce n’est pas Patrick qui rentrera dans la boutique mais Jean-Paul.

Un grande décision venait d’être prise, et à partir de ce moment là Jean-Paul Guerlain va passer par tous les ateliers pour connaître la maison GUERLAIN .  Parallèlement à ses activités au sein de l’usine, Jean Paul Guerlain va faire le tour des fournisseurs de matières premières de la maison Guerlain  comme Firmenich, Givaudan, Quest, etc…. pour apprendre à apprécier la qualité des ingrédients.

En 1959, Jean Paul GUERLAIN créé son premier parfum Vétiver : il a 22 ans.  Flacon : Robert Granai

En 1962, Jean-Paul GUERLAIN fait son premier voyage professionnel au Népal, il créé aussi Chant d’Arômes. Flacon : Robert Granai

En 1963 Jacques GUERLAIN décède

Sa passion pour le cheval va  conduire Jean-Paul Guerlain à créer Habit Rouge en 1965, puis inspiré par un roman de Françoise SAGAN, il va créer Chamade en 1969.

C’est ainsi que Jean-Paul GUERLAIN va  voyager dans tous les pays du monde à la recherche des meilleurs produits : la bergamote à Reggio di Calabria, l’Ylan Ylang à Mayotte, le jasmin et le Santal en Inde…

Parallèlement au parfum, la maison Guerlain s’impose aussi dans les cosmétiques et construit  à Chartres une usine consacrée à l’industrie cosmétique.

A venir:

1975 : Parure Flacon : Robert Granai

1979 : Nahéma    Flacon : Robert Granai

1983 Jardin de Bagatelles Flacon : Robert Granai

1986 : LVMH

1989 : Samsara     Flacon : Robert Granai

1992 : Héritage     Flacon : Robert Granai

1994 : Petit Guerlain     Flacon : Robert Granai

1995 Champs-Elysées     Flacon : Robert Granai

1998 Coriolan      Flacon : Robert Granai

1999 A.Allégoria    Flacon : Robert Granai

Publicités

%d blogueurs aiment cette page :